L'expert des relations

sociales et syndicales

Vu ... pas vu sur le Net

Tour d'horizon européen Spécial euro

1/ Site de la Confédération européenne des syndicats

Rien vu concernant l’euro sur le site de la CESqui titre sur son memorandum to the Spanish Presidency of the European Union en date du 28 novembre 2001 :
- European Trade Union Confederation (ETUC)
- Unión General de Trabajadores (UGT),
- Comisiones Obreras (CC.OO.),
- Solidaridad de Trabajadores Vascos (ELA-STV)

28 novembre 2001
La trame du document est la suivante :
- L’avenir du processus de réformes européen
- Les conséquences de la stratégie définie à Lisbonne
- Pour la modernisation économique, le plein emploi et l’inclusion sociale
- Les droits des travailleurs et la politique sociale
- Une politique européenne d’immigration
- Une conclusion sur l’Europe et le monde.

2/ Grande-Bretagne

Rien vu sur le site du T.U.C.à propos de l’euro, mais vu un rappel synthétique clair, qu’on ne trouve pas sur les sites des syndicats français, du rôle qu’il se définit :

The TUC
- brings Britain’s unions together to draw up common policies
- lobbies the Government to implement policies that will benefit people at work
- campaigns on economic and social issues
- represents working people on public bodies
- represents British workers in international bodies, in the European Union and at the UN employment body - the International Labour Organisation
- carries out research on employment -related issues
- runs an extensive training and education programme for union representatives
- helps unions develop new services for their members
- helps unions avoid clashes with each other
- builds links with other trade union bodies worldwide

3/ Belgique

sur le site ACV-CSChttp://www.acv-csc.be/ "né de la Ligue Antisocialiste des Ouvriers Cotonniers qui voit le jour en 1886.(...) les unions syndicales wallonnes et flamandes fusionnent en 1912 pour devenir la Confédération des Syndicats Chrétiens Aujourd’hui, la CSC est le principal syndicat de Belgique avec 1.500.000 membres, dont 80.000 militants. Elle s’appuie sur deux piliers : les centrales professionnelles (18) et les fédérations régionales (22 dont 13 flamandes, 8 wallonnes et celle de Bruxelles). Les fédérations régionales coordonnent les centres de service et secrétariats locaux (150). La CSC compte au total 2.750 travailleurs rétribués. "

Un " Dossier euro "
" Le franc belge vit ses dernières semaines : le 1 mars 2002, il n’aura plus cours légal. Dès le 1 janvier, nous serons plus de 300 millions en Europe à utiliser une monnaie unique, l’euro.
L’objectif de ce dossier est de contribuer à un passage harmonieux à l’euro :

- L’introduction des pièces et billets
- Comment convertir en euros ?
- Les salaires en euros
- L’euro et les allocations sociales
- Les travailleurs frontaliers et l’euro
- Les impôts en euros
- L’euro et le consommateur
- Se familiariser avec l’euro en s’amusant
- Pour en savoir plus sur l’euro
- Eurocalculateur Sur le même site, une galerie de photos très fournie sur la manifestation dont nous vous offrons un échantillon : http://www.acv-csc.be/newacv/euromanif/index.htm

Sur le site FGTPhttp://www.fgtb.be/ (site en 4 langues : français, néerlandais, anglais, allemand), dans une page enfouie à l’intérieur, des commentaires aigres doux sur l’arrivée de l’euro :
Il n’y aura pas de double affichage ! Sous la pression des Classes Moyennes et de son aile libérale, le Gouvernement a même refusé le double affichage pour les mois suivants l’introduction de l’Euro, un double affichage que nous réclamons depuis la rentrée. Qu’on le regrette ou non, c’est un fait : les consommateurs ne sont pas préparés à l’Euro. Seul le double affichage leur aurait permis de maîtriser au mieux leurs dépenses : il faudra du temps pour se détacher des automatismes du franc et pour intégrer les automatismes de l’euro : un ou deux franc de plus ou de moins sur un produit ne font pas grande différence. On ne peut pas en dire autant d’un euro de plus ou de moins.
Un contrôle rigoureux des prix s’impose. Sans double affichage le contrôle des prix sera rendu plus difficile, sinon impossible, tant pour les inspecteurs des Affaires Economiques que pour les consommateurs. Or, ce contrôle est indispensable pour empêcher les dérapages que l’on a d’ailleurs déjà pu constater ces dernières semaines : la loi interdisant explicitement un arrondi vers le haut lors du passage à l’Euro (un prix de 450 FB ne peut pas être transformé en 12 euros), certains commerçants ont anticipé en augmentant les prix en FB de façon à pouvoir les transformer en des prix " ronds " en euros (un produit de 80 F a été porté à 81 F qui, le 1er janvier, deviendront 2 euros).

Le Gouvernement a refusé le double affichage. Qu’au moins il mette tout en œuvre pour contrôler l’évolution des prix !

4/ Italie

Vu sur le site de l’Unione italiana del lavoro rien sur l’euro, mais comme le TUC, un rappel de ses domaines d’intervention :

- Economia, fiscalità e Stato Sociale
- Federalismo, decentramento, politica dei redditi
- Pubblica Amministrazione
- Democrazia economica
- Reti, Infrastrutture, Programmazione e Mezzogiorno
- Organizzazione
- Piano nazionale interventi e servizi sociali 2001/03
- Rappresentanze Sindacali Unitarie
- Salute e sicurezza sul posto di lavoro
- Fondi pensione
- Formazione sindacale
- Mobbing

Sur le site de la CGIL (Confederazione General Italiana del Lavoro)aucun commentaire sur l’arrivée de l’euro, mais deux préoccupations principales :
- un reste de campagne 2001 sur la sécurité au travail :
- son prochain congrès :

Rien non plus sur le sujet à la CISAL pas plus qu’à la CISL qui préfère, comme l’UIL, parler de
- la campagne sécurité : la sicurezza sul lavoro
- l’aide aux familles afghanes : Aiutiamo migliaia di famiglie e profughi afghani

5/ Espagne

Rien non plus sur les sites espagnols, celui de l’UGC (Union General de Trabadores)qui se borne à proposer un " euroconverdidor "
Ou encore celui de la CC.OO. qui préfère parler de l’euromanif de Bruxelles :"Por el pleno empleo, por el fomento de una sociedad sin discriminación ni exclusión, y por una globalización que promueva el desarrollo, la justicia social y la paz."

Rien de plus sur le site de l’USO (Union sindical obrera) ni sur celui de la CNT (Confederacion Nacional del trabajo)qui parle des problèmes hydrographiques en Haut Aragon et des principes du syndicalisme révolutionnaire

6/ France

Vu sur le site FO

les titres suivants :
- Les mouvements de protestation des médecins
- La loi de financement de la Sécurité Sociale : FO réagit à la décision du Conseil Constitutionnel
- Le FMI / Argentine : Homicide économique volontaire et non-assistance à pays en danger
- POLICIERS, MILITAIRES (GENDARMES)
- et la feuille de paie en euros " de haut en bas ".Pas d’autres commentaires particuliers sur l’Euro, mais une publicité sur un dossier à paraître :" Que se trame-t-il autour des retraites ".

Vu sur le site CFE-CGC, rien non plus sur l’Euro, mais les trois dossiers déjà vus ’l’année dernière’ :
- Épargne salariale : guide pour la négocier...
- Comment lutter contre la discrimination - Femmes et parité.
- Le cybermilitant , et un dossier " spécial impôts ".

Rien vu non plus concernant l’euro sur le site UNSA, essentiellement préoccupée par son congrès, qui approche à grands pas il est vrai :

Congrès National Lille 2002 du 15 au 18 janvier

Vu par contre un engagement déterminé, avec 5 arguments énoncés comme un programme, sur le site de la CFDTqui titre : La CFDT est favorable à l’Euro car la monnaie unique peut
- favoriser une plus grande intégration européenne ;
- être un élément, comme toute monnaie, de citoyenneté européenne ;
- aboutir à une plus grande stabilité monétaire au sein de la zone Euro et éviter ainsi les dévaluations "compétitives" opérées au détriment des populations ;
- être un facteur de résistance aux "chocs externes" (crises asiatique et russe) ;
- permettre un rééquilibrage entre monnaies dans les échanges commerciaux et financiers.

Autre point saillant par ailleurs sur le site :
Les 35 heures c’est aussi pour les petites entreprises. La CFDT poursuit son action : elle informe les salariés des PME/TPE de leur droit aux 35 h et de l’appui qu’elle peut leur apporter ; elle s’oppose à l’attribution des aides financières si les circonstances nécessitant des heures supplémentaires ne sont pas fondées ;
elle négocie au niveau des branches, ayant des horaires élevés, des modalités spécifiques pour passer à 35 heures (ex : hôtels, cafés, restaurants...) ;
elle souhaite instaurer des appuis conseils syndicaux où salariés et employeurs pourront trouver informations, conseils et accompagnements pour mettre en place les 35 h ;
elle met en place des commissions paritaires de suivi des accords RTT au niveau des entreprises, des branches et des territoires pour que la RTT soit effective, créatrice d’emplois et améliore les conditions de travail. ?

Et sur le site CFTC un commentaire enthousiaste :
L’euro, c’est nous
Depuis ce 1er janvier, le franc a fini d’épouser la longue histoire de la nation française. L’événement est historique, unique. Nos concitoyens vont vivre l’Europe à chaque instant, en achetant leur journal et leur pain.

Autre point mis en évidence : 2002 : Les décisions vous appartiennent

Des élections présidentielles aux élections prud’homales en passant par les législatives, l’année qui s’ouvre est celle de décisions essentielles au plan social

Alors que sur le site CGTapparaissent des commentaires beaucoup plus froids sur l’euro, dans la bouche de son Secrétaire général :

" La monnaie est importante mais n’est jamais une finalité. Le basculement est d’abord symbolique puisque nous vivons depuis bientôt trois ans avec l’euro comme monnaie officielle sans forcément nous en rendre compte : le franc n’était plus qu’une subdivision de la monnaie européenne depuis le 1er janvier 1999.
Nous avons été très critiques à l’égard des conditions imposées par les gouvernements de l’Union Européenne pour arriver à l’euro. Le patronat et le gouvernement ont sous-estimé ces difficultés alors qu’il y a eu débauche de moyens publicitaires. Les salariés concernés ont le sentiment qu’il y a deux poids et deux mesures. Nous avons interpellé le gouvernement sur toutes ces questions, notamment pour qu’il renforce les mesures de sécurité. Ce n’est pas d’abord l’argent qu’il faut protéger mais les femmes et les hommes qui font leur travail. "

Secrétaire général qui présente en guise de vœux une " adresse aux syndiqués pour " une année (qui) va être riche d’échéances aux enjeux importants (...) pour un syndicalisme de conquêtes sociales. " Bernard Thibault fait allusion aux différentes élections de l’année, et particulièrement à l’élection prud’homale dont il détaille les enjeux.

Par ailleurs, les titres des tracts qui sont mis à disposition des militants en ce début d’année attestent de la bonne combativité de l’organisation :
- Gagner des droits et des libertés à l’entreprise, 14 janvier 2002
- 15 janvier 2002 : Rassemblés et offensifs
- Dans les entreprises de 20 salariés et moins : GAGNEZ VOS 35 HEURES
- Il y a urgence pour nos salaires et nos pensions
- Ensemble, faisons le syndicat
- L’avenir de la Sécurité sociale dépend de nous tous
- Emploi, salaires, Sécurité sociale. Agir sans attendre pour conquérir de nouveaux droits
- Réduction du temps de travail : usagers de l’hôpital public, elle vous concerne !

A souligner également, les deux premiers communiqués de l’année de la CGT :
- Des moyens pour un système de santé et de sécurité sociale de qualité.
- L’OCDE dénonce l’attitude de MARKS & SPENCER

Le site du MEDEFtitre sur "En avant l’entreprise, en avant la France !"

Le site des forums
et les deux derniers après Angoulême en octobre, Clermont-Ferrand, Lille et Strasbourg en novembre, Nantes et Marseille en décembre, à savoir Ile de France et Lyon en janvier, pour terminer ce tour de France du Medef.

Rien sur l’euro sur le site de l’UIMM.Y noter par contre un réquisitoire du 26 novembre, toujours présent, sur la politique du gouvernement vis-à-vis des entreprises et la montée d’une violence trop facilement excusée, qui rend nécessaire " La priorité des priorités : remodeler la France pour libérer les énergies des Français "

Sur le site FFSA (Fédération Française des Sociétés d’Assurances), un " engagement de la FFSA vis-à-vis du passage à l’euro ".
Bien sûr, un dossier complet sur l’euro sur le site de la FCD (Fédération du Commerce et de la Distribution), outre cet Euro Flash :

"L’€ progresse pendant les soldes
L’usage de l’€ est maintenant généralisé avec 90 % du nombre des paiements totaux effectués en euro dans les enseignes de la Fédération des entreprises du Commerce et de la Distribution (FCD). Pour les paiements en espèces, ceux effectués en € représentent les 3/4. Le volume des paiements en espèces reste très largement supérieur à la moyenne en période habituelle, en raison principalement des soldes qui ont débuté le mercredi 9 janvier"

Alors que le site de la FFB (Fédération française du bâtiment)ne parle pas de l’euro, mais d’un " Racket sur l’artisanat ! "
" Sourde à la revendication des artisans qui sont unanimes à demander une baisse des charges, l’Union professionnelle artisanale (UPA) a pris l’initiative de lever un nouvel impôt sur tous les artisans employeurs, y compris ceux qui ne sont pas adhérents de cette organisation. Egale à 0,15 % de la masse salariale, sa collecte annuelle dépassera les 300 millions de francs - soit quasiment le budget du Secrétariat aux PME ! - et sera redistribuée à parts égales entre l’UPA et les centrales syndicales. Au prétexte de financer le " développement du dialogue social ", cette manipulation sonne le glas du syndicalisme indépendant, dont le fondement est le paiement volontaire à une organisation librement choisie. Plutôt que de recruter de nouveaux adhérents, l’UPA trouve plus simple de faire taxer tous les artisans par le biais d’une mesure réglementaire ! "

Rien sur le site du CJD concernant le sujet,le seul rapport - lointain - étant l’éditorial de Louise Guerre, présidente, intitulé : Responsabilité européenne commune. A voir, des vœux très " syndicat d’initiative de station de sports d’hiver " qui embellissent la page d’accueil :

7/ Allemagne

Sur le site du DGB,un commentaire enthousiaste et définitif, qui fait le pendant à " l’événement historique, unique " de la CFTC :
Mit dem Euro bricht eine neue Zeit an !

Et, sur le site de sa plus grosse organisation, Ver.di, la pétition électronique ci-dessous, en plusieurs langues, dernière déclinaison d’un de ses thèmes récurents :

Web-Gegen-Rechts.de
L’appel - Signature - Liste - Forum
Logo pour sites web - D’autres initiatives

La majorité réprouve la violence et l’intolérance : 80% des Allemands considèrent l’extrême droite comme un danger croissant pour l’Allemagne. Et en même temps, les gens sont assassinés, pourchassés à travers nos villes et roués de coups.

De plus en plus d’adolescents et de jeunes intègrent les discours extrêmistes et idéalisent les bombers et les rangers. C’est dévastateur.

Les politiciens au niveau municipal, régional et national sont invités à sanctionner sévèrement de tels actes et ils doivent savoir que les gens les soutiennent.

Internet est le terrain idéal pour les semences d’extrême droite. C’est un média rapide et qui ne coûte rien. Les radicaux de droite l’ont adaptés il y a des années comme plateforme pour la diffusion de leurs paroles inhumaines. Ils ont pu enregistrer, début Août, sans problème le nom de domaine "heil-hitler.de", nous avons alors répondu en créant le site "Web-Gegen-Rechts.de".

Le domaine doit être un lieu d’accueil pour tous ceux qui se prononcent contre la violence sur le web et qui veulent se mobiliser contre.

Inscrivez vous à notre liste de signatures, soutenez cet appel et envoyez l’adresse de ce site à vos connaissances et amis. Nous n’avons pas besoin de votre adresse ou de votre e-mail, seulement de votre nom et de votre lieu de résidence.

Placez le symbole de Web-Gegen-Rechts sur votre site web et montrez ainsi aux utilisateurs d’Internet que vous détestez la violence d’extrême droite, que vous êtes solidaires des victimes et que vous refusez les comportements racistes.

8/ Etats-Unis

Des préoccupations différentes sur le site AFL-CIO,qui traite essentiellement des suites du 11 septembre et des conséquences de la crise économique sur les travailleurs américains et de la politique du gouvernement républicain :
"Economic Crisis Grows, Relief Blocked by Republicans Manufacturing Hardest Hit as Economy Shrinks

Announced layoffs tracked by the AFL-CIO top more than 898,000 since Sept. 11. This adds to the 1.1 million jobs lost in 2001 before Sept. 11. The Bush administration and congressional Republicans have refused to budge on their demand for corporate tax windfalls as the substance of any economic stimulus bill. More than 363,000 layoffs have been announced in the manufacturing sector. Manufacturing jobs are important to a nation’s economy because for every person working in manufacturing there are several others working to support their work. November was the sixteenth consecutive month of manufacturing job loss. Since July 2000 manufacturing has lost 1.5 million jobs, and manufacturing employment has fallen to levels last seen in November 1965. Researchers report that large numbers of layoffs will not show in official counts. In industries like hospitality, workers are not laid off formally like in some sectors, they simply are told not to come in or have their hours reduced. While workers are bearing the brunt of the economic fallout, Congress and the White House have done virtually nothing to offer assistance to the more than half-million working families who have lost a regular paycheck. Instead, their relief efforts so far have concentrated on funneling billions of dollars in aid and tax breaks to corporations and the wealthy. The AFL-CIO will continue compiling layoff information-including actual jobs terminated as well as announcements-and updating it here regularly."

ImprimerE-mail