L'expert des relations

sociales et syndicales

Vie politique et sociale : le calendrier des élections et des congrès

Pour les trois années à venir, voici le calendrier prévisionnel des congrès des partis politiques, des organisations syndicales et patronales et les dates des prochaines élections politiques et sociales.

29 et 30 octobre 2005 : 1er congrès du Parti de la Gauche européenne à Athènes. Après le « non » français et néerlandais au traité constitutionnel européen, le Parti communiste français voit dans ce rassemblement où il participera (délégation de 12 membres, conduite par Marie-Georges BUFFET) l’occasion de « convergences inédites entre toutes les forces antilibérales : politiques, syndicales, associatives ». Le PCF y retrouvera les délégations d’autres formations politiques françaises, notamment la LCR et les Verts.

(GIF)3 novembre 2005 : congrès de l’Union professionnelle de l’artisanat (UPA) à Paris. Présidé par Pierre Perrin, l’UPA accueillera à son congrès le ministre de l’emploi, Jean-Louis Borloo, et le ministre des PME, du commerce, de l’artisanat et des professions libérales, Renaud Dutreil.

(GIF)15 au 18 novembre 2005 : 49ème congrès confédéral de la CFTC à Bordeaux. Jacques Voisin, élu président au précédent congrès, en novembre 2002, et Jacky Dintinger, secrétaire général, devraient être reconduits dans leurs fonctions. Comme il est de tradition depuis 1982 dans les congrès de la CFTC (et depuis aussi dans les congrès des autres confédérations), le ministre des affaires sociales, Jean-Louis Borloo, rendra visite au congrès. Le congrès sera l’occasion de faire avancer le projet de « statut du travailleur », réponse CFTC à la question de la « sécurisation des parcours professionnels » évoquée par le Premier ministre le 4 octobre. Ce projet, travaillé depuis trois ans par la CFTC, fait écho - avec de notables différences mais une préoccupation de départ commune - à la « sécurité sociale professionnelle » de la CGT.

(GIF)18 au 20 novembre 2005 : congrès du Parti socialiste au Mans (74ème depuis la création de la SFIO). Par-delà les jeux internes de pouvoir et le positionnement des principaux dirigeants pour la prochaine élection présidentielle, c’est la question du projet du Parti qui est posée : évolution vers l’économie sociale de marché ou bien évolution vers une logique de contestation plus radicale. La première ligne est incarnée par François Hollande, Dominique Strauss-Kahn, la seconde par Laurent Fabius, Henri Emmanuelli.

(GIF)21 au 23 novembre 2005 : 26ème congrès de la CMT (Confédération mondiale du travail) à Houffalize (Belgique). Sous l’impulsion de la CSC belge, qui occupe une place centrale au sein de l’organisation, l’Internationale syndicale d’inspiration chrétienne devrait décider un rapprochement avec la CISL et la fusion au sein d’une nouvelle Internationale syndicale mondiale. Le précédent congrès s’était tenu du 22 au 28 octobre 2001 à Bucarest (Roumanie).

(GIF)17 janvier 2006 : assemblée générale du MEDEF. Réélu en janvier 2003 pour un second et dernier mandat de trois ans, Ernest-Antoine Seillière n’a pas attendu le terme de son mandat pour quitter la présidence du MEDEF. Elue le 5 juillet 2005, la nouvelle présidente, Laurence Parisot, a renouvelé fin août l’équipe dirigeante du MEDEF. L’assemblée générale de janvier 2006 sera l’occasion d’actualiser et ajuster les positions du MEDEF.

19 au 22 janvier 2006 : 16ème congrès de la Ligue communiste révolutionnaire, initialement fixé en juin 2005. Ce congrès de la LCR se tiendra donc après le congrès du PS et avant celui du PCF.

(GIF)Mars 2006(à confirmer) : 33ème congrès confédéral de la CFE-CGE. Le 32ème congrès s’étant tenu à Issy les Moulineaux en octobre 2003, le prochain congrès n’était prévu qu’à l’automne 2006. Le décès de Jean-Luc Cazettes, président en exercice, le 10 septembre 2005, rend nécessaire la tenue d’un congrès dans des délais plus proches. Le choix d’un nouveau président peut toutefois suivre une autre procédure. Réuni le 25 octobre 2005, le Conseil juridictionnel de la CFE-CGC va émettre une proposition au Comité national qui va très prochainement décider de la formule : ou bien un congrès (en mars 2006 vraisemblablement) ou bien une désignation dans des délais beaucoup plus rapprochés, à l’occasion d’une réunion exceptionnelle du Comité confédéral. A ce jour, deux candidats sont annoncés : Danielle Karniewicz, présidente de la Caisse nationale d’assurance-vieillesse, et Bernard Van Craeynest, président de la Fédération de la métallurgie. Jean-Louis Walter, secrétaire général, a déclaré « s’inscrire dans le débat lié à la succession de Jean-Luc Cazettes ».

(GIF)23 au 26 mars 2006 : 33ème congrès du Parti communiste au Bourget. A un an de l’élection présidentielle du printemps 2007, le PCF aura à prendre position sur la candidature de l’un des siens. A l’élection présidentielle de 2002, son candidat, Robert Hue, n’avait recueilli que 3,4 % des suffrages exprimés au premier tour. Un mois après le congrès du PCF se tiendra le congrès de la CGT. Nul doute que le congrès du PCF sera l’occasion des réglages à faire sur les relations PCF-CGT.

(GIF)24 au 28 avril 2006 : 48ème congrès confédéral de la CGT à Lille. Initialement prévu à l’automne 2006, ce congrès a été avancé au printemps et se tiendra, de façon plus fidèle aux statuts, trois ans après le 47ème congrès (24 au 28 mars 2003 à Montpellier) et les esquisses d’adaptation entreprises à cette occasion par Bernard Thibault. Adaptation des structures confédérales aux nécessités de l’action syndicale et adaptation de la ligne confédérale aux évolutions du monde du travail en France et en Europe.

Sommé par le Comité confédéral national (contrôlé par les communistes) en février 2005 d’appeler à voter « non » au referendum du 29 mai 2005, Bernard Thibault a vu ses marges d’action considérablement réduites. En 2003, le PC avait tenu son congrès une semaine après celui de la CGT. En 2006, il le tiendra un mois avant. Le PC ne souhaite pas voir lui échapper la première organisation syndicale française.

La question est posée d’un troisième mandat pour Bernard Thibault, prêt à poursuivre. La Commission exécutive de la CGT « souhaite que Bernard s’engage pour un troisième mandat ». Mais la décision revientin fineau Comité confédéral national. Ce dernier doit se réunir encore deux fois avant la décision finale. Lors de sa réunion des 28-29 septembre dernier, Maryse Dumas, présentée par les média comme une remplaçante possible de Bernard Thibault et plus en ligne que lui avec la direction du PCF, a indiqué qu’elle « soutient la démarche de Bernard Thibault ». Le Peuple (12 octobre 2005) ajoute : « Elle n’est pas et ne sera pas une candidature alternative ». PuisqueLe Peuplele dit, c’est qu’il n’y a pas de problème...

(GIF)12 au 16 juin 2006 : 46ème congrès confédéral de la CFDT à Grenoble. Au précédent congrès, en mai 2002 à Nantes, François Chérèque succédait à Nicole Notat. Au terme de ce premier mandat, le secrétaire général pourra confirmer la ligne réformiste de son organisation et le maintien de ce cap, en dépit de fortes turbulences internes. Au début de l’année 2005, François Chérèque signait ainsi un livre : « Réformiste et impatient ». Un positionnement courageux quand on mesure le prix à payer : contestations vigoureuses (notamment après l’approbation au printemps 2003 de la réforme des retraites), départ de syndicats vers la CGT ou vers SUD, chute significative des effectifs, ambitions de la CGT à devancer la CFDT sur l’échiquier syndical européen et international.

Juin 2006(date estimée) : congrès fondateur d’une nouvelle Confédération syndicale internationale, par la fusion de la CISL (adhérents français : Force ouvrière, CFDT) et de la CMT (adhérent français : CFTC) et par l’entrée de nouvelles organisations (dont la CGT française). Déjà acté à l’issue du 18ème congrès de la CISL (5 au 10 décembre 2004 à Migazaki au Japon), ce projet doit être avalisé par le congrès de la CMT, en novembre 2005. Pour la France, CFDT et CGT sont très favorables ; Force ouvrière et CFTC très réticentes.

(GIF)2007.
• Année plus calme que prévue sur le plan social et syndical, du fait du report des élections prud’homales -initialement prévues en décembre 2007 - à l’automne 2008 (première quinzaine de décembre ?). Le congrès de l’Union syndicale-Solidaires (SUD et autres affiliés) s’étant tenu en décembre 2004, le prochain congrès est attendu fin 2007. L’année 2007 sera surtout celle du 21ème congrès de Force ouvrière (précédent congrès en février 2007).

• Année très chargée en revanche sur le plan politique :
-  15 ou 22 avril (premier tour) et 29 avril ou 06 mai 2007 (second tour) : élection présidentielle
-  fin mai -début juin 2007 : élections législatives

(GIF)• Au plan européen, congrès de la Confédération européenne des syndicats (précédent congrès : 26 au 29 mai 2003 à Prague, en Tchécoslovaquie) qui aura à travailler les conséquences européennes de la création de l’Internationale syndicale en juin 2006.

2008.
• Nouvelle année d’élections politiques à la suite du report (définitivement approuvé le 11 octobre 2005 par le Sénat) des élections municipales, cantonales et sénatoriales de 2007 à 2008.
-  mars 2008 : élections municipales et cantonales (moitié des cantons), au lieu de février 2007
-  septembre 2008 : élections sénatoriales (1/3 du Sénat, départements de 01 à 32), au lieu de septembre 2007. De ce fait, les sénateurs renouvelables en 2010 (2ème tiers, départements de 33 à 65) seront eux aussi prolongés d’un an (élections en septembre 2011). Ceux du troisième tiers, élu en 2004 jusqu’en 2013 seront prolongés jusqu’en 2014. Le mandat des sénateurs, jusqu’ici de neuf ans, passe désormais à six ans. Ainsi les sénateurs élus en 1998 pour neuf ans étant prolongés d’un an seront renouvelés en 2008, au terme d’un mandat de... dix ans. Leur nouveau mandat les conduira aux urnes six ans plus tard en 2014

(GIF)• Courant 2008 : 5ème congrès de l’UNSA (le précédent s’est tenu à Nantes du 15 au 18 mars 2005).

• Fin 2008 : élections prud’homales. Le mandat des conseillers prud’hommes étant de cinq ans (dernières élections en décembre 2002), le mandat des conseillers actuels est donc prolongé d’une année, le nouveau mandat restant de cinq années (élections suivantes fin 2013).

• Fin 2008 : 50ème congrès de la CFTC.

2009. Elections européennes au printemps 2009

2010.
• Elections régionales au printemps 2010.

• Congrès syndicaux de la CFE-CGC, de la CGT et de la CFDT, tous trois au printemps 2010, si le calendrier prévu par les statuts est respecté.

• Assemblée générale du MEDEF en juillet 2010, au terme du premier mandat de Laurence Parisot, fixé par les statuts à cinq années. Un second et dernier mandat lui est possible, de trois années.

ImprimerE-mail