L'expert des relations

sociales et syndicales

Quelle rentrée sociale 2022 ? 



Une journée d’actualité sociale

organisée par l’IST à Paris le mardi

25 octobre 2022

Le mot incertitude caractérise la rentrée 2022 : incertitudes politiques, incertitudes économiques, incertitudes sociales.

Les discours sont souvent ceux de l’inquiétude : risques environnementaux, risques de pénurie, craintes sur le pouvoir d’achat.

Pour autant, l’activité économique renoue avec la croissance et l’emploi est en nette amélioration. Pour l’instant tout au moins.

Que peut-on prévoir ? Vers où va l’économie ? Comment gérer les revendications salariales ? Comment le climat social peut-il lui-même évoluer ? Les syndicats sont-ils toujours capables de conduire la grogne sociale ?

Dans les entreprises, quels points de veille établir ? Quelles actions déployer ?

La journée du mardi 25 octobre 2022 permettra, avec votre concours actif, de faire le point et d’anticiper.

M. Pierre-André IMBERT, secrétaire général adjoint de l’Elysée, exposera les lignes-force des réformes gouvernementales à venir.

M. Frédéric SOUILLOT, secrétaire général de Force ouvrière, apportera son regard sur l’actualité et sur l’évolution des relations sociales.


Avec Messieurs Gilles Koléda, économiste, Université de Tours, et Bernard Vivier, Institut supérieur du travail


 intervenants

Les syndicats d'enseignants : survol rapide

Imprimer

Quels sont les syndicats d'enseignants en France ? Et tout particulièrement la FSU et l'UNSA ?

La Fédération syndicale unitaire (FSU) est née en 1993, après la scission survenue en 1992 au sein de la Fédération de l’éducation nationale (FEN). La FEN, ancienne fédération de la CGT, avait choisi l’autonomie en 1947, lors de la scission qui allait donner naissance en 1948 à la CGT-Force ouvrière. Elle ne restait pas à la CGT sans pour autant rejoindre Force ouvrière. Conséquence de cette autonomie : la coexistence de tendances, dont les deux plus importantes étaient Unité-Indépendance-Démocratie, bien implantée chez les instituteurs et proche des socialistes, et Unité et action, bien implantée chez les professeurs et reliée au Parti Communiste.

En 1992, la tendance UID mettait fin à une coexistence qui devenait menaçante pour elle. La tendance U-A servit de base à la construction de la FSU, laquelle obtint rapidement une audience majoritaire chez les enseignants. Bousculée, la FEN se regroupa avec d’autres syndicats autonomes pour créer en 1993 l’Union nationale des syndicats autonomes UNSA, dont elle reste la composante principale (la FEN s’est transformée en UNSA-Education en décembre 2000) [1].

(GIF)

Le 3 décembre 2002, les élections pour désigner les représentants enseignants dans les commissions administratives paritaires ont permis d’actualiser l’audience de chaque organisation. Malgré une certaine baisse d’audience, la FSU reste la première organisation syndicale dans l’Education Nationale, tant dans les écoles (337 000 enseignants) que dans les collèges et lycées (430 000 électeurs). Les résultats sont les suivants :

1er degré (écoles) :
- SNUIpp (FSU) 43 ,9%
- SE (UNSA) 24,3%
- SGEN(CFDT) 10,1%
- Force ouvrière 7,9%
- SUD (groupe des 10) 4,9%
- Divers 8,9%

2nd degré (collèges et lycées) :
- SNES/FSU 51,4%
- SGEN(CFDT) 13,6%
- SNALC (autonome) 9,8%
- Force ouvrière 7,0%
- SE (UNSA) 5,7%
- Divers 12,9%

Comme on le voit, le syndicalisme enseignant reste très morcelé et très marqué par les clivages tant catégoriels et corporatifs que politiques et idéologiques.

La FSU a su conquérir la première place dans l’Education Nationale mais aussi dans l’ensemble de la Fonction Publique de l’ Etat (du fait, notamment, du poids de l’Education Nationale dans l’ensemble des fonctionnaires). Les militants communistes y sont très actifs. Pour autant, les liaisons avec la CGT ne s’en trouvent pas facilitées, les réflexes d’autonomie étant très forts dans le monde enseignant.

L’UNSA-Education (ex FEN), un temps secouée par la concurrence redoutable de la FSU, a utilisé les moyens humains et matériels à l’ancienne FEN pour bâtir un système syndical interprofessionnel, l’UNSA. Aux élections prud’homales du 11 décembre 2002, cette stratégie s’est révélée payante, l’ UNSA obtenant chez les salariés du secteur privé 5% des voix (contre 0,72% en 1997). L’UNSA estime que son audience dans l’ensemble du monde du travail (fonctionnaires + salariés du privé) étant supérieure à celle de la CFTC et à celle de la CFE-CGC, la représentativité nationale doit lui être accordée par les pouvoirs publics. Cette revendication relance le dossier ’ très délicat- de la représentativité et de la négociation collective (capacité à signer, validité des accords). Il ne fait aucun doute qu’avec le dossier des retraites, ce dossier est un des dossiers sociaux les plus importants du gouvernement Raffarin pour l’année 2003.

La CFDT, pour sa part, n’est pas inactive. Implantée dans l’Education Nationale à travers son syndicat général de l’éducation nationale (SGEN-CFDT, créé en 1937 par Paul Vignaux), la CFDT entretient des liens amicaux avec l’UNSA au niveau interprofessionnel. En 1999, la CFDT a permis à l’UNSA de siéger à la Confédération européenne des syndicats, en créant une alliance de structures.

De la même façon, la CFDT encourage les rapprochements entre son syndicat SGEN et l’UNSA- Education.

Ces rapprochements, tant dans l’ Education Nationale que dans d’autres branches et secteurs professionnels, pourraient évoluer vers une configuration syndicale plus resserrée, même si les mots de fusion et d’union ne sont pas prononcés.

[1] A relire« La FEN devient UNSA- Education ». Les Etudes sociales et syndicales, 19.12.2000.


Sur Europe 1 le 01 mai 2022
« Le quinquennat sera-t-il social ? »

2021 12 16 BFMTV

Sur France Info TV le 28 avril 2022
« 1er mai : que représentent les syndicats en France ? »

 202205 001a

 

Les Mardis de l'IST

Connaître, échanger, se préparer

  • Décrypter les évolutions du climat social en France et dans les entreprises
  • Partager les expériences d’entreprise
  • Echanger avec des invités de haut rang
  • Anticiper et préparer son entreprise aux nouvelles organisations du travail et des relations sociales

Vous êtes : DRH, responsable affaires sociales, juriste en droit du travail
Inscrivez-vous :
Les Mardis de l’IST : 5 rencontres par an en visio-conférence (via Teams), une documentation d’appui, une relation permanente avec les experts de l’IST.

- -  Renseignements, inscription - -