L'expert des relations

sociales et syndicales

Quelle rentrée sociale 2022 ? 



Une journée d’actualité sociale

organisée par l’IST à Paris le mardi

25 octobre 2022

Le mot incertitude caractérise la rentrée 2022 : incertitudes politiques, incertitudes économiques, incertitudes sociales.

Les discours sont souvent ceux de l’inquiétude : risques environnementaux, risques de pénurie, craintes sur le pouvoir d’achat.

Pour autant, l’activité économique renoue avec la croissance et l’emploi est en nette amélioration. Pour l’instant tout au moins.

Que peut-on prévoir ? Vers où va l’économie ? Comment gérer les revendications salariales ? Comment le climat social peut-il lui-même évoluer ? Les syndicats sont-ils toujours capables de conduire la grogne sociale ?

Dans les entreprises, quels points de veille établir ? Quelles actions déployer ?

La journée du mardi 25 octobre 2022 permettra, avec votre concours actif, de faire le point et d’anticiper.

M. Pierre-André IMBERT, secrétaire général adjoint de l’Elysée, exposera les lignes-force des réformes gouvernementales à venir.

M. Frédéric SOUILLOT, secrétaire général de Force ouvrière, apportera son regard sur l’actualité et sur l’évolution des relations sociales.


Avec Messieurs Gilles Koléda, économiste, Université de Tours, et Bernard Vivier, Institut supérieur du travail


 intervenants

Les grèves en France de 2005 à 2018

Imprimer

D’année en année, le nombre de grèves diminue en France alors que dans les entreprises, la négociation et la signature d’accords grandissent. 

 

 *

*         *

 

En 2018 (dernières statistiques connues), 1,5% des entreprises de 10 salariés ou plus (soit 23% des salariés) ont connu une grève.

Sur une longue période, la conflictualité du travail est en diminution. Les statistiques récentes indiquent que :

- la probabilité de connaître une grève croît avec la taille de l’entreprise. En 2018, elle s’élève à 0,4% dans les entreprises de 10 à 49 salariés alors qu’elle atteint 30% dans les entreprises de 500 salariés ou plus.

- les rémunérations sont le motif principal des grèves (66% en 2018), loin devant l’emploi (19%), les conditions de travail (14%) et le temps de travail (11%).

- les grèves concernent particulièrement le secteur des transports et de l’entreposage : en 2018, 760 jours de grève pour 1000 salariés. La SNCF et Air France ont été affectées en 2018. En revanche, les services et la construction sont peu concernés. Dans le commerce, l’intensité des conflits du travail grandit (salaires, conditions de travail).

 

image001

 

 

image005

 

 

image002

La négociation collective en 2019. Bilan et rapports. Ministère du Travail. Edition 2020.

 

 

Entreprises ayant déclaré au moins une grève et nombre de jours de grève pour 1000 salariés de 2005 à 2017

 

image003

 

À lire aussi dans Les Études sociales et syndicales : La grève est-elle un sport national ? par Dominique Andolfatto, 5 octobre 2007.

Sur Europe 1 le 01 mai 2022
« Le quinquennat sera-t-il social ? »

2021 12 16 BFMTV

Sur France Info TV le 28 avril 2022
« 1er mai : que représentent les syndicats en France ? »

 202205 001a

 

Les Mardis de l'IST

Connaître, échanger, se préparer

  • Décrypter les évolutions du climat social en France et dans les entreprises
  • Partager les expériences d’entreprise
  • Echanger avec des invités de haut rang
  • Anticiper et préparer son entreprise aux nouvelles organisations du travail et des relations sociales

Vous êtes : DRH, responsable affaires sociales, juriste en droit du travail
Inscrivez-vous :
Les Mardis de l’IST : 5 rencontres par an en visio-conférence (via Teams), une documentation d’appui, une relation permanente avec les experts de l’IST.

- -  Renseignements, inscription - -